RSS 2.0 twitter google facebook youtube
Vous êtes ici : Accueil » Le monde Rural » Foire de Komsilga : Valoriser le monde rural pour un développement (...)

Foire de Komsilga : Valoriser le monde rural pour un développement durable

D 23 janvier 2019     H 21:23     C 970 messages


Les lampions se sont éteints sur la 4e édition de la Foire internationale agro-sylvo-pastorale de Komsilga (FIKOM) ce samedi 27 mai 2017 dans le village de Kienfangué. Depuis le mardi 23 mai, et ce grâce à l’Association pour le développement du monde rural (ADMR), producteurs, transformateurs et populations, ont pu mettre en valeur le fruit de leur labeur.

Les lampions se sont éteints sur la 4e édition de la Foire internationale agro-sylvo-pastorale de Komsilga (FIKOM) ce samedi 27 mai 2017 dans le village de Kienfangué. Depuis le mardi 23 mai, et ce grâce à l’Association pour le développement du monde rural (ADMR), producteurs, transformateurs et populations, ont pu mettre en valeur le fruit de leur labeur.

« Promouvoir les activités de production et de transformation des filières des secteurs agricoles pastoraux et forestiers non-ligneux pour une amélioration durable des revenus des acteurs du monde », c’est sous ce thème que le village de Kienfangué dans la commune de Komsilga (province du Kadiogo) a vibré du mardi 23 au samedi 27 mai 2017. Cinq jours de partage, d’exposition et de réflexion qui ont permis à la 4e FIKOM de voir plus de 100 exposants et d’enregistrer plus de 5000 visiteurs (soit une moyenne de 1000 visiteurs par jour), au grand bonheur de tous.

Pour encourager l’excellence dans la production et la transformation, des prix en espèces et en nature (charrettes, bascules), ont été décernés aux plus méritants par un jury après évaluation sur des critères spécifiques (présentation, questionnaire). Notamment dans la culture maraichère, la production de céréales et légumineux, l’élevage, la production d’engrais, la transformation.

Kadidia Tapsoba du groupement des étuveuses de Mogtédo (province du Ganzourgou) est la meilleure dans cette catégorie. Elle gagne une bascule et 50 000 FCFA. Même si tout ce qu’elle a amené n’est pas fini, elle reconnait que la Foire est un bon cadre pour la valorisation de leurs produits. Mais, elle demande à l’ADMR d’organiser la Foire en saison sèche pour éviter les désagréments liés à la saison pluvieuse.

Un résultat qui ne peut que satisfaire Jean Victor Ouedraogo, président du comité d’organisation, malgré la rareté des ressources. « L’appui de nos partenaires moins nombreux soient-ils à cette édition, a été d’un grand apport à la réalisation des nombreuses charges qui s’imposaient à nous », a-t-il indiqué. Pour lui, c’est la conjugaison des efforts entre organisateurs, exposants, forces de sécurité et partenaires. Sans pour autant oublier la mobilisation de la presse nationale à l’ouverture comme à la clôture, ainsi que la présence des autorités.

Même si les partenaires ne se bousculent pas alors que tous crient à l’auto-développement à travers la promotion du monde rural, le promoteur de la Foire reste confiant. Son souhait est que la FIKOM, vitrine des grandes actions du développement du monde rural, soit portée par tous pour le développement socio-économique du pays des hommes intègres. Surtout que la valorisation de nos ressources occupe une place de choix dans le nouveau référentiel qu’est le Plan national de développement économique et social (PNDES). Et vise l’atteinte des Objectifs de développement durable.

A compter de cette édition, la FIKOM qui était annuelle sera organisée chaque deux ans. Le comité d’organisation a donc deux ans désormais pour la mobilisation des ressources en vue d’innover et de susciter plus d’adhésion des acteurs. Comme innovation à la 5e édition en 2019, l’on peut s’attendre à une nuit de récompense du monde rural, à l’ouverture de l’institut du monde rural (centre de formation de courte durée), à l’octroi de bourses de formation aux porteurs de projets innovants. Autant d’innovations qui requièrent l’implication de tous.

Kienfangué 2017 était placé sous la co-présidence du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba et du ministre en charge de l’Agriculture, Jacob Ouedraogo. Ainsi que le co-parrainage de Sommanogo Koutou, ministre en charge de l’Elevage, du ministre en charge de la Jeunesse, Dr Smaïla Ouedraogo et du PDG de Abdoul Service, Abdoul Ouedraogo.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

970 Messages